Méditerranée 

 

 

 

Une mer trop bleue caresse mon âge,

Une mer miroir pour toi et pour moi

Tendue telle un pont

Entre nos deux solitudes

Complice et immémoriale

Chemin d’eau ancestral d’un été ultime

img_8796

Publicités

« Est-ce ainsi que les hommes vivent »

Quelques vers d’Aragon pour donner des lueurs à nos jours embourbés

Et nous permettre de croire

encore 

que la poésie peut porter le monde

« …Cœur léger cœur changeant cœur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes jours
Que faut-il faire de mes nuits
Je n’avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m’endormais comme le bruit.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

C’était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens

Tout changeait de pôle et d’épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j’y tenais mal mon rôle
C’était de n’y comprendre rien…….. »


Evidences

La grisaille du ciel
….
sans doute,
la curiosité mauvaise
….
sans doute


sans doute l’envie de plonger, juste un peu,
j’ai fait ce qu’il ne fallait pas faire
et regardé en arrière

j’ai relu goulument les vieux écrits d’un temps perdu

.
Et déjà, la mélancolie de l’automne
pitoyable chansonnette
s’allonge à mon côté

Alors, pour conjurer le gris

j’invoque ce poème que m’avait confié un ami cher

Il suffit d’avancer pour vivre
aller droit devant soi
Vers tout ce que l’on aime

Devant soi la route est légère
Et s’ouvre sur tous les rivages
Derrière il n’y a que des chaînes

La caresse est comme une rose
Qui renforce la nacre d’un midi très chaud
Présence à tout jamais
Rien ne se fait amour qui ne soit d’avenir

Paul Éluard

BLEUEMARIE

 

.

Si,

à l’aube des semences nouvelles, ta main ne cherchait plus la mienne

si mes pas  s’animaient d’un autre rythme que celui de tes pas


si ton souffle s’égarait

si ma voix se perdait……


que ferions-nous de nos trop lourds silences ?

saurions-nous avancer sur ce sentier de clair-obscur ?



Mon homme-nuage

bien sûr que nous le saurions,

des larmes plein la voix

nous saurions reconnaître la lumière sur les troncs

mon homme-étoile

mon amour fragile et fort

nous avancerions

des sanglots pleins les yeux

sur le chemin

distendu

escarpé, lumineux de nos destins.

Mosaïque Raphaella Bötschi - Mosaïque Raphaella Bötschi –

Voir l’article original

Les pas du matin

Dans les forêts brumeuses de la mémoire

passent des ombres dorées

silence bruissant

parfums de terre et d’humus

le bonheur à portée de main

en fragments intenses et fugitifs

ligne rouge

vivante

Monotypie - La ligne rouge - Marie Bötschi

Pour Info :

Le monotype, en estampe, est un procédé d’impression sans gravure qui produit un tirage unique. Il s’agit de peindre à l’encre typographique ou à la peinture à l’huile, ou à la gouache, sur un support non poreux comme du verre, du métal ou du plexiglas.

La peinture est ensuite passée sous presse avec un papier qui reçoit l’épreuve, on peut également enduire la totalité du support et appliquer la feuille de papier par dessus. En exerçant une pression à certains endroits avec une pointe ou les doigts, on obtient différentes valeurs de noir et on peut ainsi réaliser un dessin plus précis, et donc différent de la méthode précédente.

Le support n’étant pas gravé, il peut resservir pour d’autres monotypes après nettoyage. Le monotype n’est pas une gravure au sens strict, mais une estampe (œuvre obtenue après un pressage manuel ou mécanique). Le terme gravure est devenu un terme générique pour ce type d’œuvres, quelle que soit la technique utilisée.

Le monotype ne peut être numéroté2, car, comme son nom l’indique, son tirage est unique. Il arrive cependant que l’artiste tire une seconde épreuve, plus faible, avec le résidu d’encre demeurant sur la matrice. Il est également possible d’obtenir une contre épreuve en pressant le tirage encore humide contre une feuille vierge.

Seule technique d’impression originaire d’Italie, le monotype fut inventé par Giovanni Benedetto Castiglione vers 16483,4.

Degas a produit de nombreux monotypes : il a contribué à diffuser cette technique qui sera particulièrement travaillée au XXe siècle par François Heaulmé.

Automnales

Sur le passé lumineux

la rouille déposée

patiemment

brouille les souvenirs

Les mauves clartés automnales

nonchalantes alanguies

me rassurent

me portent

Et

sur la toile offerte

je caresse sans regrêts

cette ocre patine du temps

Et si …

20150307-171328.jpgEt si les brises tièdes

Porteuses de renouveau

perdaient leur pouvoir de joie

…………….

Et si les corolles blanches

des braves perces-neige

ne ramenaient pas la légèreté

………….

Si les couleurs plus vives

Et les oiseaux

Et la verdeur retrouvée

Et tout ce qui Avant me réjouissait

Ne comblaient pas le vide immense de la tendresse perdue

…………