Il mio rifugio

img_7286Tout en haut de la maison

J’ai construit mon refuge

moi qui

avant

me réfugiais dans les regards de l’aimé

img_7268

 

C,est un refuge de bric et de broc

avec vue sur le lointain

vue sur ma montagne…

 

 

Là-haut

avec des couleurs, des ciseaux, des papiers

avec des bouts de rien

des pigments

des vertiges

Je me rassure et retrouve une parole

img_7272

 

Tout en haut de la maison j’ai trouvé mon refuge

 

Publicités

Étang calme

Une humble minute de lucidité pour me souvenir

IMG_2426

au creux de la forêt

dans le crissement des feuilles

et l’entrelac des branchages

IMG_2394 Une minute suspendue  pour me souvenir

de cet étang calme

aux  eaux chiches et insignifiantes

de ses  rives que nous longions  elle et moi

avant

avant

avant les turbans bleus et les mots feutrés

IMG_2417

 

Je l’ai retrouvé

gelé et superbe

Et vide et désolé mais

elle ne s’y promène plus son panier à la main

flairant sans coup ferir les plus beaux cèpes, les « moutons » les coulemelles

Et moi

la suivant, mon sempiternelle appareil photo en bandoulière

et tous nos mots qui volent d’elle à moi

de moi à elle

ricochent et se répondent

 

………..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’archipel perdu

c’était quand déjà ?

Nous nous étions trouvés

Du moins nous l’avions cru….

Nous nous sommes perdu puis retrouvés encore

Puis

D’habitudes en habitudes

Nous avons certainement

Égaré les cartes qui montraient le chemin

Et nos risibles certitudes ont fait le reste,

Nous nous sommes éloignés

Flottants au gré des jours

C’était quand déjà

L’archipel d’or tout au bout de la mer ?

La vie nous pousse

il s’en est passé des choses…

tristes ou légères, ou lourdes lourdes,

quelle importance maintenant………

 

il s’en est passé des choses maintenant que l’âge est là

et qu’il traine à terre  ceux qui m’étaient si chers

avec ses tourments

ses puits sans fond

ses rapports médicaux effroyables

et ses verres constamment à moitié pleins

ou à moitié vides

des choses

qui ont étranglés mes mots

qui me sidèrent et m’apaisent à la fois

IMG_2637

 

…mais peu importe maintenant,

que mes mots soient taris

tant que toi ma soeur ma pareille

 

enturbannée de bleu

tu luttes et luttes encore

contre ce crabe cruel

 

 

 

C’est maintenant

Le temps a scandé si dru son rythme d’airain

Que ma tête lasse demeure baissée.

Les heures et les heures ont tant galopé,

Tant abasourdi la litanie des jours,

que,

Timide et peu sûre

je n’ose, dans le miroir hostile, me regarder encore.

Et pourtant,

Les agapanthes fièrement se dressent ,

Et le laurier-rose, et le figuier vainqueur

Et ma vieille lavande, bleue, bleue, bleue,

Et le jasmin tant et tant aimé…..tous sont au rendez-vous pour proclamer crânement

Que l’été est là , brûlant et fugace,

Que c’est maintenant que la vie resplendit,

Maintenant…

Certitude

« Sentir ses liens avec une terre,

son amour pour quelques hommes,

savoir qu’il est toujours un lieu où le coeur touvera son accord.

voici déjà beaucoup de certitudes pour une seule vie d’homme »

Albert Camus – « L’été à Alger » (« Noces »)

Alors, même si le ciel parfois se voile,

si les enfants s’éloignent, brandissant à bout de bras mes journées printanières,

et, par leur sève fraiche, m’attachent à l’hiver….

même si très fort domine cette conscience du temps qui file file file,

ce n’est qu’un nuage, qu’un gros nuage blanc qui occulte le bleu