Rutebeuf

Dans les brumes de l’hiver qui s’attarde

j’essaie de percevoir encore les silhouettes amies,

les voix éloignées

…..

image

et hantent ma mémoire les vers du vieux Rutebeuf

« Que sont mes amis devenus

que j’avais de si près tenus…….. »

mais que la nostalgie reste tenue à distance,

le temps n’est plus de la désespérance.

 

 

 

………..

c’est le mois de Mai,

le beau mois de Mai

 

 

Publicités

Les pas du matin

Dans les forêts brumeuses de la mémoire

passent des ombres dorées

silence bruissant

parfums de terre et d’humus

le bonheur à portée de main

en fragments intenses et fugitifs

ligne rouge

vivante

Monotypie - La ligne rouge - Marie Bötschi

Pour Info :

Le monotype, en estampe, est un procédé d’impression sans gravure qui produit un tirage unique. Il s’agit de peindre à l’encre typographique ou à la peinture à l’huile, ou à la gouache, sur un support non poreux comme du verre, du métal ou du plexiglas.

La peinture est ensuite passée sous presse avec un papier qui reçoit l’épreuve, on peut également enduire la totalité du support et appliquer la feuille de papier par dessus. En exerçant une pression à certains endroits avec une pointe ou les doigts, on obtient différentes valeurs de noir et on peut ainsi réaliser un dessin plus précis, et donc différent de la méthode précédente.

Le support n’étant pas gravé, il peut resservir pour d’autres monotypes après nettoyage. Le monotype n’est pas une gravure au sens strict, mais une estampe (œuvre obtenue après un pressage manuel ou mécanique). Le terme gravure est devenu un terme générique pour ce type d’œuvres, quelle que soit la technique utilisée.

Le monotype ne peut être numéroté2, car, comme son nom l’indique, son tirage est unique. Il arrive cependant que l’artiste tire une seconde épreuve, plus faible, avec le résidu d’encre demeurant sur la matrice. Il est également possible d’obtenir une contre épreuve en pressant le tirage encore humide contre une feuille vierge.

Seule technique d’impression originaire d’Italie, le monotype fut inventé par Giovanni Benedetto Castiglione vers 16483,4.

Degas a produit de nombreux monotypes : il a contribué à diffuser cette technique qui sera particulièrement travaillée au XXe siècle par François Heaulmé.