L’important

Petits détails

insignifiances essentielles

redonnent à la vie ses couleurs

IMG_2451

 

 

Ouvrir les yeux

regarder autrement

et voir à nouveau

IMG_2452

 

Perdre son étoile

la regarder  calmement s’éteindre

et respirer

IMG_2455

renaissance

Parce que le véritable adieu

est douloureux, inquiétant et définitif

les heures d’hier furent lourdes

traversées de lamentos et de haine

de regrets, d’illusions.

Elles furent nécessaires.

IMG_2384

Mais

la nuit profonde

IMG_2515

porteuse de paix et d’évidence

IMG_2527

permit l’impensable….la lucidité…….

….

allégée,

enfin libre

les yeux ouverts

IMG_2550

Merci pour vos mots d’hier, je sais qu’ils m’ont guidée

Absence

Combien de jours

combien de saisons pour avancer ?

 

Il était ma certitude, mon calme, ma source, mon évidence,

ma connivence , mon amour,mon ami….

 

c’était,

il y a si longtemps.

Il y a si longtemps que j’ai choisi un autre chemin.

 

Depuis, je marche et je chante,

je voyage et je construit…

 

mais

à l’intérieur, tout est cassé, brisé, démoli

tout est manque et désert.

 

Oman

Combien de saisons pour la légèreté, la tendresse, les sourires ?

Le printemps est là et je ne le vois plus

car, ce soir,

je sais qu’il est trop tard pour regarder en arrière, et devant ne me plait pas.

 

Alors,

écrire encore me parait vain,

je n’ai plus de mots depuis que nos mains se sont lâchées.

 

 

 

Et si …

20150307-171328.jpgEt si les brises tièdes

Porteuses de renouveau

perdaient leur pouvoir de joie

…………….

Et si les corolles blanches

des braves perces-neige

ne ramenaient pas la légèreté

………….

Si les couleurs plus vives

Et les oiseaux

Et la verdeur retrouvée

Et tout ce qui Avant me réjouissait

Ne comblaient pas le vide immense de la tendresse perdue

…………

Château de la mémoire

Dans ma boite à souvenirs

il y a

de longues balladesHPIM1779 - copie

des mots rieurs, tendres, sérieux

des discussions sans fin,

les éclats inchangés d’un bonheur fulgurant

 

Il y a des regards, des caresses  des complicités

 

Je ne peux ouvrir cette boite,

elle est trop verrouillée,

mais je sais qu’elle est pleine…

 

IMG_0799

elle trône

seule et glacée dans la plus centrale des pièces du château

celle

ou les meubles sont recouverts d’une fine couche de poussière irisée.

Solitude hautaine

mains  froides et vides

j’écoute la mélopée douce-amère de la résignation

 

Burg Hohenzollern D

 

le temps

guetteur fatigué oublieux du printemps

 poursuit son oeuvre