désert

Te souviens-tu ?

la roche était ardenteIMG_0822

Et si,

pourtant,

la vie te devenait désert,

si, définitivement, la larme douce amère ne scillait plus jamais au bord de ta paupière,

si ton coeur,

ah ton coeur ! ton ventre

si ton corps tout entier,

résigné et à jamais assoiffé

te susurrait perfidement les mots de la sécheresse,

si la pierre, lourde et dense obstruait ton regard

 

 

tu irais

vite vite vite

rejoindre tes couleurs

img_6622-1

 

 

recherches

Sous les rouilles chaudes

Sous les lavis  écaillés  par delà les graffitis

Comme dans un roman de Modiano

Je cherche inlassablement les traces, les signes qui me diront qui je suis

img_1895

Automnales

Sur le passé lumineux

la rouille déposée

patiemment

brouille les souvenirs

Les mauves clartés automnales

nonchalantes alanguies

me rassurent

me portent

Et

sur la toile offerte

je caresse sans regrêts

cette ocre patine du temps