Appenzellerland

Les années ont rétréci mon souffle,

et chaque pas se fait , insensiblement,plus lourd,

mais,

Peu importe …

La montagne

Lentement

Secoue ses frusques d’hiver

Et, étourdiment, se targue de printemps

Et moi, je ne vois qu’elle….

Alors, la tête en feu

Faisant fi de ce corps alourdi de froidure,

Je reprends ses chemins,

Étourdie du bonheur de l’immuable splendeur de ce paysage devenu mien

Publicités

éloge de la lenteur

 

 

A trop courir le monde

tu oublieras de voir

et ne reconnaitras ni la brume ni l’ombre de ta montagne

DSCN5983

Les fleuves longs aux rives ensablées

longtemps encore porteront ton rêve d’oubli

et les paroles étrangères combleront ton silence

IMG_8552_2

 trop souvent

en douceur

en pleine complaisance

les villes affolantes étourdiront tes songes

IMG_0207

 

 

 

 

L’âge indulgent

Il frappe à ma porte,

avec insistance,

et,même si,

trop souvent, je lui rit au nez,

moquerie facile.

il est là pourtant, les bras en corbeille….

L’âge indulgent, celui qui susurre, qui rassure, qui dit,

« va te promener,monte sur ta colline,

peu importe l’heure…vas-y….. »

Alors je l’écoute,

alors je le suis et je fais la liste de tous ces éclats de vie

J’aime,

marcher dans les feuilles

écouter le vent

IMG_0739

j’aime

quitter le chemin et grimper au flanc de la prairie

et monter, monter

en perdre le souffle

et me jeter dans l’herbe

Hundwiler Höhe

J’aime

regarder à m’en brûler les yeux

les herbes, les feuilles, les troncs à contre jour

IMG_0690

J’aime

quand je suis là-haut

entrer dans le vieux café

IMG_4346

choisir une place à la table commune

et regarder les hommes sans âges

faire les jolis coeurs

IMG_1963

s’étonner de mon accent « pas d’ici »

et cligner de l’oeil

Alpstein

et j’aime encore plus

en redescendant

m’assoir sur une pierre

et attendre que le soleil tombe derrière le paysage

lentement, superbement

IMG_0754

C’est ça l’âge indulgent