Le Thoronet

IMG_2852c’est un lieu incomparable

de calme,

de beauté

de vérité

un lieu où, depuis des années, je reviens toujours,

car là je me sens au plus juste de moi et du sacré

moi qui ne crois pourtant plus en grand chose …

l’abbaye du Thoronet dans le Var,

rêve de pierre d’un idéal monastique exigeant, impossible

à nos vies vagabondes et légères …

le Thoronet,

vaisseau de pierres blondes parfaitement taillées ,parfaitement posées

voutes musicales parfaitement sonores

je reviendrai encore et encore me réchauffer à ta sereine  beauté

http://www.le-thoronet.fr/

Publicités

Appenzellerland

Les années ont rétréci mon souffle,

et chaque pas se fait , insensiblement,plus lourd,

mais,

Peu importe …

La montagne

Lentement

Secoue ses frusques d’hiver

Et, étourdiment, se targue de printemps

Et moi, je ne vois qu’elle….

Alors, la tête en feu

Faisant fi de ce corps alourdi de froidure,

Je reprends ses chemins,

Étourdie du bonheur de l’immuable splendeur de ce paysage devenu mien

à tire d’aile

 

IMG_0193Franchir la montagne

filer droit au-dessus de la  plaine,

IMG_2021

des  forêts

de la ville

IMG_1878

et des maisons isolées

 

Prendre grand élan pour traverser la mer

les fleuves

les rivières

les ruisseaux

IMG_1759

Car, de l’autre côté de la montagne

de la ville

de la mer

J’aime à penser qu’il y a des âmes proches

Il mio rifugio

img_7286Tout en haut de la maison

J’ai construit mon refuge

moi qui

avant

me réfugiais dans les regards de l’aimé

img_7268

 

C,est un refuge de bric et de broc

avec vue sur le lointain

vue sur ma montagne…

 

 

Là-haut

avec des couleurs, des ciseaux, des papiers

avec des bouts de rien

des pigments

des vertiges

Je me rassure et retrouve une parole

img_7272

 

Tout en haut de la maison j’ai trouvé mon refuge

 

Étang calme

Une humble minute de lucidité pour me souvenir

IMG_2426

au creux de la forêt

dans le crissement des feuilles

et l’entrelac des branchages

IMG_2394 Une minute suspendue  pour me souvenir

de cet étang calme

aux  eaux chiches et insignifiantes

de ses  rives que nous longions  elle et moi

avant

avant

avant les turbans bleus et les mots feutrés

IMG_2417

 

Je l’ai retrouvé

gelé et superbe

Et vide et désolé mais

elle ne s’y promène plus son panier à la main

flairant sans coup ferir les plus beaux cèpes, les « moutons » les coulemelles

Et moi

la suivant, mon sempiternelle appareil photo en bandoulière

et tous nos mots qui volent d’elle à moi

de moi à elle

ricochent et se répondent

 

………..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’archipel perdu

c’était quand déjà ?

Nous nous étions trouvés

Du moins nous l’avions cru….

Nous nous sommes perdu puis retrouvés encore

Puis

D’habitudes en habitudes

Nous avons certainement

Égaré les cartes qui montraient le chemin

Et nos risibles certitudes ont fait le reste,

Nous nous sommes éloignés

Flottants au gré des jours

C’était quand déjà

L’archipel d’or tout au bout de la mer ?