Le fracas du monde

La montagne hautaine

Immuable et sublime

Impose le silence

Et apaise

Publicités

La pluie la nuit

Dormir la fenêtre ouverte,

grande ouverte sur la nuit noire,

et sur la pluie.

Écouter la pluie,

Sans se lasser

À en perdre jusqu’à l’envie même de dormir,

Tellement c’est beau,

Heureux et évident .

Entendre la pluie, protectrice et complice

Se fondre en elle

Et

Flotter,

Flotter encore

Lilas et jasmin mêlés

L’amour vrai

L’amour vrai est lucide

……………..Il voit……………..

Sans détour ni fioritures

Et se moque du temps

Et se moque de l’âge

L’amour vrai n’est ni brillant ni romantique

ni facile ni apaisé

Il n’encense ni ne flatte

Il est patient

Il accompagne

 

8C4A0569
Et retrouve le chemin de la maison

Une vie

Etre en mouvement,

croiser des vies, s’ arrêter un moment,

puis, lassé, curieux, ou délaissé,

continuer son chemin

un peu plus vieux, un peu plus serein

vivre, est-ce autre chose ?

Contempler la patine déposée sur nos jours

et se dire qu’elle est belle

en rides, en sillons….

en braille, du bout des doigts ……….découvrir d’autres rives

s’inventer un univers en peinture

vivre, est-ce autre chose ?

img_1697

Mal-aimé

c’est Novembre le mal-aimé

Novembre de givre matinal, annonciateur du pire

Qui sonne le glas des désirs de l’été

IMG_0188

Il se cache sous les dorures, les carmins flamboyants

IMG_0199

Il se déguise et ricane lors de ses fêtes tristes

des Morts, des Saints,  des armistices

IMG_0181

C’est Novembre, le définitif,

Le toujours vieux, le résigné

Qu’il me faut apprivoiser .

IMG_0220

et cesser peut-être de remonter le courant,

pour flotter, flotter sur une onde apaisée et fraiche

IMG_8021

l’âge mûr

Tu étais là

depuis toujours,

et je ne le savais pas vraiment…

on s’est tellement manquéau dessus de Norcia

tant de rendez-vous

ratés de peu

tu étais mon double

haï et redouté

le sombre et le le brillant

tu étais le meilleur de moi-même

et le plus méprisable

l’érudit

et le simplet

Castelluccio

face à face aujourd’hui

qu’allons nous faire de nous ?

Castelluccio

Ombrie

Il en a fallu des secondes

et des minutes et des heures aussi

il en a fallu de la patience ,

de la résignation parfois

vers Montepulciano

pour continuer

par delà tout ce noir

et ce blanc aussi

et se dire que ce contraste est merveilleusement beau

Orvieto

il en a fallu des chemins de pierre,

familiers et durs

jamais hostiles,

juste balayés par les vents de tous les Sud

pour qu’enfin

aujourd’hui,

la route se fasse lisse et claire.

Que toutes les montagnes de mon vert pays,

et les collines de Provence

et les villes d’Ombrie

et les vagues, et les fleurs et les nuances du ciel,

que tous les parfums de toutes les garrigues

et que tous les embruns en soient remercié.